Hilaire de Poitiers Père de l'Eglise

Publié le

Saint Hilaire de Poitiers

Hilaire de Poitiers est le premier Père latin  de l’Eglise des Gaules. Nous savons peu de choses sur sa jeunesse.. . Né, vers 315, dans une noble et riche famille païenne d'Aquitaine, ce jeune homme était doué pour les études, il eut une formation solide fin lettré, homme cultivé, il occupait certainement une fonction importante…Il se maria, eut une fille mais cela ne suffit pas à combler son bonheur .La Gaule à l’époque est déchirée par des troubles politiques, des généraux d’origine germaniques ayant peu de considération de l’empire romain se soulevèrent et se révoltèrent afin d’avoir plus d’autonomie. Nous sommes aussi dans les prémisses des « invasions » germaniques poussés par les huns et la famine arrivent en Gaule. Dans ce monde dévasté en proie à des incertitudes .Hilaire cherche un sens à la vie.

Nous pouvons distinguer trois étapes importantes dans la vie d’Hilaire :

Sa conversion et l’épiscopat

Hilaire cherche donc un sens à la vie, le problème est formulé ainsi (toujours d’actualité) « si la vie consiste à joindre l’opulence aux loisirs, le genre humain ne s’écarte guère du monde animal » En lisant la Bible il découvre  la révélation biblique « je suis celui qui est » certitude absolue d’une présence dans un monde incertain …puis lisant le prologue de saint Jean il découvre que ce Dieu s’est fait proche «Le Verbe s’est chair, il a habité parmi nous… » Il devient catéchumène et se fit baptiser à l’âge de trente ans. Ayant été remarqué par sa vie sainte et simple, il devint évêque de Poitiers. Nous savons très peu de choses sur l’évangélisation et la présence chrétienne à cette époque dans cette région mais il y avait une présence chrétienne dans les villes.

Il fut évêque en temps de crise religieuse, l’empereur Constance voulant se faire théologien convoqua un concile à Béziers, imposant l’arianisme…Seul deux évêques s’y opposèrent ce qui valut à Hilaire d’être envoyé en exil en Phrygie (Turquie actuelle) pendant trois ans .

L’exil

Lors de son exil, soutenu par sa communauté, il eut connaissance de la théologie grecque et se trouva mêler aux querelles religieuses (notamment l’arianisme), il rencontra saint Athanase. Les évêques orientaux orthodoxes reconnurent en lui, après méfiance, ses grandes qualités spirituelles et théologiques. C’est lors de cet exil qu’il écrivit le traité sur la Trinité  où il nous fait découvrir à travers l’Ecriture ‘le mystère du Christ vrai Dieu et vrai homme’

Un leitmotiv revient dans ce traité  c’est cette parole de Paul « En lui (Christ) corporellement habite la plénitude de la divinité » (Colossien 2,9) et « par lui nous recevons de sa plénitude… » Les conséquences de l’incarnation et la divinité du Christ pour l’humanité est que par la foi et la grâce nous recevons de cette plénitude.

« Le verbe s’est fait chair pour que par le Dieu Verbe fait chair, la chair de toute l’humanité puisse monter jusqu’à la condition du verbe de Dieu (trinité 1,11) »

Saint Hilaire dans sa méditation nous fait découvrir que Dieu n’est pas une entité close sur elle-même mais communication d’existence, l’Esprit Saint sera appelé Le DON signifiant par là que Dieu se communique, se donne, donne par le verbe fait chair de sa plénitude afin de nous élever à la dignité de fils de Dieu.

De plus saint Hilaire évoque la fragilité humaine que le Christ assume ,le Verbe fait chair assume notre fragilité afin que dans notre fragilité humaine nous puissions « jouir d’une gloire semblable à l’homme (Christ) devenu nôtre ». (trinité 11,49)

Retour d’exil

Au retour d’exil, conscient de sa charge pastorale, il va écrire un commentaire de l’Evangile de Matthieu et des psaumes pour les fidèles …Ce sont les deux livres bibliques les plus accessibles et lus dans la liturgie.

Face au début de l’effondrement de l’Empire, il va fonder le monachisme en Gaule avec l’appui de Saint Martin de Tours (qui après une pérégrination, sera accueilli par saint Hilaire).

Ce monachisme sera différent du monachisme oriental …en Orient les moines vivent dans la solitude et le combat spirituel et avec saint Martin de Tours, le monachisme en Gaule aura une dimension missionnaire : évangéliser les campagnes restées païennes.

Missionnaire par leur vie communautaire et fraternelle et le contact avec les gens dans les travaux des champs.

Un autre trait de la personnalité d’Hilaire est la douceur et ne gardera pas rancœur vis-à-vis des évêques qui ont contribué à son exil. Il aura toujours le souci de la vérité, de la charité (comme attitude) et du bien commun. Il naîtra au ciel vers 367.

Remarque importante, pour les Pères de l’Eglise la théologie est non pas spéculation intellectuelle mais contemplation des mystères accomplis par Dieu en Jésus Christ dans l’Esprit Saint, l’annonce de cette bonne nouvelle…le traité de saint Hilaire sur la Trinité s’ouvre par une prière…Toute théologie est avant tout expérience de foi, de prière…adoration…qui a pour finalité la découverte du mystère d’Amour de Dieu pour l’humanité..

« Dieu tout-puissant, selon l’apôtre Paul ton Esprit Saint « scrute et connaît les profondeurs de ton être » (1Co 2,10-11), et il intercède pour moi, te parle à ma place par des « gémissements inexprimables » (Rm 8,26)…Rien en dehors de Toi ne scrute Ton mystère ; rien qui soit étranger à Toi n’est assez puissant pour mesurer la profondeur de Ta majesté infinie. Tout ce qui pénètre en Toi est de Toi ; rien de ce qui est extérieur à Toi n’a le pouvoir de Te sonder…

Je crois fermement que Ton Esprit Saint vient de Toi par Ton Fils unique ; même si je ne comprends pas ce mystère, j’en garde la conviction profonde. Car dans les réalités spirituelles qui sont Ton domaine, mon esprit est borné, comme l’assure Ton Fils unique : « Ne t’étonne pas si je t’ai dit : Il vous faut naître d’en haut. Car l’Esprit Saint souffle où il veut ; tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient, ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l’eau et de l’Esprit ». Je crois à ma nouvelle naissance sans la comprendre, et je tiens bon dans la foi ce qui m’échappe. Je sais que j’ai le pouvoir de renaître, mais je ne sais pas comment cela s’accomplit. L’Esprit n’est limité par rien ; II parle quand Il veut, Il dit ce qu’Il veut et où Il veut. La raison de Son départ et de Sa venue me reste inconnue, mais j’ai la conviction profonde de Sa présence. (Hilaire de Poitiers) »

De plus Saint Hilaire a conscience de la pauvreté des mots pour évoquer le mystère divin :

« La méchanceté des hérétiques nous force à faire des choses illicites, à gravir des cimes inaccessibles, à parler de sujets ineffables, à entreprendre des explications interdites. Il devait suffire d’accomplir par la seule foi ce qui est prescrit, c'est-à-dire d’adorer le Père, de vénérer le Père avec le Fils ,et de nous remplir de l’Esprit Saint ;Mais voici que nous sommes contraints d’appliquer notre humble parole aux mystères les plus inénarrables. La faute d’autrui nous jette nous-mêmes dans cette faute, d’exposer aux hasards d’une langue humaine les mystères qu’il aurait fallu renfermer dans la religion de nos âmes (trinité II,21) »

L’hérésie ne serait-elle pas de vouloir enfermer le mystère divin dans une catégorie ?

Intérêt de la théologie saint Hilaire

Saint Hilaire en plus de sa personnalité remarquable par sa charité et sa bienveillance ne gardant pas de rancœur, est le plus oriental des Pères latins .Il est un pont entre l’Orient grec et l’Occident latin.

Son ouvrage « la Trinité » comporte des perles toujours à méditer qui nous rapproche de la pensée des pères grecs.

 

Je joins en fichier un document qui est bien complet avec des extraits de ses écrits que nous retrouvons aussi sur le site de notre Eglise

Ouvrages recommandés :

 Philippe Henne, Introduction à Hilaire de Poitiers, suivie d’une anthologie ,éd. du cerf.

 Hilaire de Poitier, La Trinité (3 volumes accessibles sur internet), les pères dans la foi, anciennement  chez DDB ; actuellement nouvelle traduction de Michel Corbin, aux éditions cerf patrimoine.

Article paru dans le revue ‘le chemin’ (Béthanie)n°50 sur saint Hilaire de Roland Epin.

 

Document sur St Hilaire de Poitiers

Commenter cet article